25.6.10

Ishiro Honda

Né le 7 mai 1911 à Tsuruoka, Préfecture de Yamagata, mort le 28 février 1993 à Tokyo

L'avant Godzilla

Honda commença sa carrière à la Toho comme réalisateur de documentaire et de film de guerre, mais il reste pour beaucoup le Maître du Film de Monstre au Japon, c'est en effet grâce à Godzilla qu'il trouva en occident celle ci (désolé mais c'était facile comme "il vit le lit vide et le devint")

L'ére Godzilla

Pendant que Rodan met à sac Moscou, que Godzilla anéantit Tokyo, que New York est en feu et que Venise est submergé par un raz-de-marée, Mothra, Varan, Baguron, Dagora (crachant qui de la glace, qui des rayons lasers) font leur apparition, se battent à coups de paquebots, happent au vol des hélicoptères, écrasent des tanks à coups de pied ou les projettent sur les façades des immeubles. C'est alors que les Martiens (dont la planête vient malencontreusement d'exploser) se mettent en tête d'envahir la terre, et pour arriver à leurs fins, provoquent une douzaine de séismes, immergent deux ou trois continents, se heurtent aux ambitions d'un peuple sous-marins qui se berce lui aussi de rêves conquérants, délèguent sur terre un dragon des galaxies. Mais un sinistre savant fou trahit la charte des nations unies, inocule le cancer à deux cents millions d'individus, pactise avec les Martiens, dégivre l'Himalaya et assèche quelque océan. Les Nations Unies, réunies en permanence, discutent : il faut prendre des mesures énergiques avant qu'il ne soit trop tard. On envoie donc l'armée lutter vaillamment contre les envahisseurs : elle essaie en vain le napalm, le laser et finit par envoyer aux monstres quelques missiles dont la trajectoire est déviée et qui viennent s'écraser sur Londres, Paris et Pékin. La sagesse des hommes vaincra : quand il ne reste que ruines à la surface du globe, que les méchants sont châtiés, les Martiens envoyés sur Jupiter et les monstres au zoo, le conseil des Nations (miraculeusement préservé) n'additionne que deux milliards de morts, constate qu'après tout, cela aurait pu être pire et de se féliciter d'avoir eu l'intelligence de ne rien décider pendant le déroulement des événements.........

Tels est le schémas d'un film d'Honda. (cela aurait quand même plus de classe que la version US de Godzilla, comme scénario, car malheureusement après la tentative de Roland Emmerich, et la vente par la Toho de la franchise godzilla aux américains, que va t'on nous servir comme taube - que d'autant, la mode des remakes nous offres des splendides ratages comme Prom Night, La colline a des Yeux, ou notre fabuleux Freddy et ses griffes,.........)

Grand Maître du Kaiji Eigha, Honda, grâce à la précision de ses mises en scène et à la démence de ses scénario est toujours parvenu à transcender les poncifs du genre et s'il a repris à son compte les mythes de King Kong ou de Frankenstein, c'est dans une vision très presonnelle, les dotant d'une portée très différente et qui fait encore mieux ressortir l'abime qui le sépare de ces braves artisans qui, depuis 40 ans, s'acharnent à refaire King Kong et le "Monde Perdu". Car Honda est un véritable auteur. Son registre et ses thèmes, bien que limités, confinent vite à l'obsession, mais il reste un auteur. Et même si la forme de ses films est typiquement occidental, leur contenu ne peut être envisagé qu'en fonction d'un contexte japonnais.

Cinéaste du cataclysme, tous les moyens sont bons pour représenter la destruction sous toutes ses formes. King Kong n'était pour Schoedsach qu'un pauvre gorille géant qui avait la faiblesse de tomber amoureux : les monstres de Honda, dépouillés de toute sensibilité, sont à l'image du péril qu'ils incarnent, hauts comme des montagnes et n'ont qu'un seul souci : détruire. Héritiers des ancestrales légendes nippones, ils sont aussi à l'image des préoccupations du Japon d'après guerre : eux aussi sont des enfants d'Hiroshima. Monstres des temps perdus, ils sont ressuscités par des expériences nucléaires : monstres artificiels, ils sont des êtres humains à qui l'exposition à des radiations a fait subir de terrifiantes nutations. Les hommes luttent contre eux au moyen de l'atome, mais, mais à moins que les créatures ne s'entre-détruisent, seuls des catastrophes naturelles sauront venir à bout du péril enfanté par l'inconscience des hommes.

Ce qui, d'emblée, surprend chez Honda, c'est l'envahissant attirail mécanique qu'il exhibe : on sent chez le réalisateur une véritable fascination terrible pour la machine (surtout guerrière) : cet enfer technologique est symbolisé par le King Kong robotisé que le Docteur Wo (et pas Who, comme on le voit dans certain articles) déchaine sur Tokyo dans "La revanche de King Kong". Dans ce film, le véritable Kong n'est plus assimilé à l'idée de péril, mais au contraire, il vient défendre l'humanité contre les forces obscures, c'est  dire la mécanisation qu'incarne son double.

Honda prend le parti du Monstre car il représente dans son esprit la victoire de la nature sur la civilisation qui n'a su enfanter que la mort. Le réalisateur dresse le réquisitoire contre son époque et son humanisme un peu prédicant (comme chez Jack Arnold - notamment dans le film "L'Homme qui rétrécit) tourne vite au radicalisme destructeur. Les hommes sortent vainqueurs à chaque fin de film, mais l'on sait qu'un monstre nouveau reviendra. Les films de Honda se teintent souvent de pessimisme.

Filmographie

    * 1949 : A Story of a Co-op (documentaire)
    * 1950 : Ise Island (documentaire)
    * 1951 : The Blue Pearl (Aoi shinju)
    * 1952 : The Skin of the South (Nangoku no hada)
    * 1952 : The Man Who Came to Port (Minato e kita otoko)
    * 1953 : Adolescence Part 2 (Zoku shishunki)
    * 1953 : Eagle of the Pacific (Taiheiyo no washi)
    * 1954 : Farewell Rabaul (Saraba Rabauru)
    * 1954 : Godzilla (Gojira)
    * 1955 : Love Makeup (Koi-gesho)
    * 1955 : Cry-Baby (Oen-san)
    * 1955 : Beast Man Snow Man (Ju jin yuki otoko)
    * 1956 : Young Tree (Wakai ki)
    * 1956 : Night School (Yakan chugaku)
    * 1956 : People of Tokyo, Goodbye (Tokyo no hito sayonara)
    * 1956 : Rodan (Sora no daikaijû Radon)
    * 1957 : Half Human: The Story of the Abominable Snowman (co-réalisé avec Kenneth G. Crane)
    * 1957 : Prisonnière des Martiens (Chikyu Boeigun)
    * 1957 : Be Happy, These Two Lovers (Kono futari ni sachi are)
    * 1957 : A Teapicker's Song of Goodbye (Wakare no chatsumiuta)
    * 1957 : A Rainbow Plays in My Heart (Waga mune ni niji wa kiezu)
    * 1957 : A Farewell to the Woman Called My Sister (Wakare no chatsumiuta shimaihen: Onesan to yonda hito)
    * 1958 : Song for a Bride (Hanayome sanjuso)
    * 1958 : Beauty and the Liquidman(UK) aka H-Man(US) (Bijo to Ekitainingen)
    * 1958 : Baran, le monstre géant (Daikaiju Baran)
    * 1959 : Battle in Outer Space (Uchu daisenso)
    * 1959 : An Echo Calls You (Kodama wa yonde iru)
    * 1959 : Inao: Story of an Iron Arm (Tetsuwan toshu inao monogatari)
    * 1959 : Seniors, Juniors, Co-Workers (Uwayaku, shitayaku, godoyaku)
    * 1960 : The First Gas Human (Gasu ningen dai ichigo)
    * 1961 : Mothra (Mosura)
    * 1961 : The Scarlet Man (Shinko no otoko)
    * 1962 : Astronaut 1980 (Yosei Gorasu)
    * 1962 : King Kong contre Godzilla (Kingukongu tai Gojira) (co-réalisé avec Thomas Montgomery)
    * 1962 : Varan the Unbelievable (co-réalisé avec Jerry A. Baerwitz)
    * 1963 : Matango
    * 1963 : Ataragon (Kaitei Gunkan)
    * 1964 : Mothra contre Godzilla (Mosura tai Gojira)
    * 1964 : Dagora, the Space Monster (Uchu daikaiju Dogora)
    * 1964 : Ghidrah, le monstre à trois têtes (San daikaiju: Chikyu saidai no kessen)
    * 1965 : Frankenstein vs Baragon (Furankenshutain tai chitei kaijû Baragon)
    * 1965 : Invasion Planète X (Kaiju daisenso)
    * 1966 : Come Marry Me (Oyome ni Oide)
    * 1966 : La Guerre des monstres (Furankenshutain no kaiju: Sanda tai Gaira)
    * 1967 : La Revanche de King Kong (Kingukongu no gyakushu)
    * 1968 : Les Envahisseurs attaquent (Kaiju soshingeki)
    * 1969 : Latitude Zero (Ido zero daisakusen)
    * 1969 : All Monsters Attack (Gojira-Minira-Gabara: Oru kaiju daishingeki)
    * 1970 : Les Envahisseurs de l'espace (Gezora, Ganime, Kameba: Kessen! Nankai no daikaijû)
    * 1973 : Miraman
    * 1975 : Mechagodzilla contre-attaque (Mekagojira no gyakushu)
    * 1980 : Kagemusha, l'ombre du guerrier, de Akira Kurosawa (réalisateur de seconde équipe)
    * 1990 : Rêves (Yume) (co-réalisé avec Akira Kurosawa)
    * 1993 : Madadayo (film d'Akira Kurosawa dont il a réalisé quelques scènes sans être crédité)

2 commentaires:

Blogger a dit…

Order a professional Sparkling White Smiles Custom Teeth Whitening System online and get BIG DISCOUNTS!
* Up to 10 shades whiter in days!
* Results Guaranteed.
* Better than your dentist.
* Same Teeth Whitening Gel as dentists use.

Blogger a dit…

If you want your ex-girlfriend or ex-boyfriend to come crawling back to you on their knees (even if they're dating somebody else now) you must watch this video
right away...

(VIDEO) Text Your Ex Back?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails